Origine

La cuisine mauricienne est un mélange d’influences culinaires d’horizons divers. Les communautés venues d’Inde, de Chine, d’Afrique et d’Europe ont apporté leurs spécialités qui ont été adaptées aux produits locaux. Si le curry constitue l’épice de base de la gastronomie mauricienne, toutes sortes d’épices agrémentent cette cuisine qui aime les saveurs relevées. Les recettes s’appuient sur des ingrédients faciles à obtenir : du cerf, en période de chasse, du porc ou du poulet, du poisson et des crustacés, bien sûr, ainsi que les fruits et les légumes exotiques qui poussent à merveille grâce à la terre volcanique de l’île et à son climat tropical.

Les plats

Le repas s’organise autour d’un plat principal, le plus souvent à base de riz basmati. Le cari est la recette la plus courante : il s’agit de viandes ou de poissons marinés et cuits dans une sauce pimentée. Le cari peut aussi être servi en « rougail », sauce d’influence créole à base de tomates et d’ail, ou en « massala » d’origine indienne confectionné avec du curry. Autre plat typique, le « bryani«  importé par les musulmans de l’Inde : c’est un mélange complexe de viandes et d’épices.

Desserts et boissons

Boissons et desserts tirent parti des fruits savoureux qui poussent sur l’île, comme les salades et jus de fruits, arrosés ou non de rhum, le biscuit « napolitaine » fourré à la confiture de goyave ou le gâteau de patates douces. S’il n’y a pas de vignobles, les Mauriciens procèdent à la distillation du rhum et au brassage de la bière. Ils ont su, par ailleurs, élaborer de savoureuses boissons avec ou sans alcool, tel que l’alouda à base de lait et d’agar-agar.

Les Mauriciens apprécient également les « en-cas » que l’on trouve sur les étals jalonnant les rues : là, se croisent et s’harmonisent plus que jamais les origines multiculturelles de l’île. Sont proposés à toute heure des « samoossas », variante mauricienne des samoussas indiens, des gâteaux piments et des « dholl puri », crêpes à la purée de pois, des « rotis », galettes de blé sans levure, ou bien encore du « mine frit », recette chinoise de nouilles sautées. Ces différents plats se mangent tels quels sur le pouce ou se retrouvent accompagnés de légumes et de sauces sur la table familiale.